> Patrimoine > Les Monuments > Le Beffroi d’Hesdin

Le Beffroi d’Hesdin

Description

Le beffroi communal d’Hesdin mesure 70 mètres de hauteur. La base est une tour carrée très simple de trois étages, contenant trois cachots voûtés superposés. Elle est couronnée d’une plate-forme ajourée de décors à volutes. C’est à ce niveau que prend naissance le quatrième étage, percé sur chaque face d’une fenêtre à meneaux et couronné d’une frise d’arcades en plein cintre. Cette tour se termine par une lanterne octogonale, qui renferme une cloche de 2000 kilos baptisée Danièle, Marie, Pauline, Henriette.

Histoire : les 3 beffrois d’Hesdin

-

En 1554, Charles Quint fait élever une ville-forteresse sur les rives de la Canche, à quelques kilomètres de la cité médiévale dont il avait ordonné la destruction l’année précédente.

- Dès 1563, l’ensemble hôtel de ville-beffroi est construit à l’emplacement de la maison de campagne de la sœur de Charles Quint, Marie de Hongrie. Le gros œuvre du beffroi est achevé vers 1581, nécessitant 75000 briques. En 1576, des prisons échevinales sont aménagées dans le pied du beffroi. Le 24 mai 1639, les Français assiégent Hesdin où ils utilisent l’obus pour la première fois. Le beffroi, abattu par les canons, est ensuite reconstruit provisoirement en bois.

- En 1768, les notables de la ville s’assemblent pour délibérer de la reconstruction de la tour communale qui menace de tomber en ruine. Au cours de cette assemblée, deux projets sont examinés : le rétablissement de la tour ou la reconstruction du beffroi. Aucun des deux projets n’aboutira mais, par sécurité, la tour est démolie. Par manque de moyens pour le faire reconstruire, la commune reste près d’un siècle sans beffroi.

Par testament du 10 février 1875, M. Daniel Lereuil, avocat, fils du Maire, lègue à la ville la somme de 12 000 F or. Appelé à se prononcer sur l’emploi de ce legs, le conseil municipal décide de l’appliquer à la reconstruction de la partie supérieure du beffroi, qui sera érigée selon les plans de l’architecte hesdinois Clovis Normand. Comme le testament ne suffit pas à solder l’importance des travaux, M. Paul Lereuil, maire d’Hesdin et père du testateur, prend à son compte le complément de la dépense. En 1878, la nouvelle tour communale est inaugurée. Dans un même temps, on procède à la bénédiction d’une cloche donnée à la ville par M. et Mme Lereuil et baptisée des prénoms de cette dernière Danièle, Marie, Pauline, Henriette . En 1879, ils font également don d’une horloge dont les cadrans occupent chacune des façades du beffroi. Les initiales DL sont forgées su>rbr le balcon du deuxième étage en l’honneur de Daniel Lereuil.

Divers travaux de restauration sont réalisés en 1939, 1950, 1951. Deux cachots sont rénovés en 1986 ; ils ont gardé leur authenticité et accueillent le musée accessible depuis l’Office de Tourisme.

Site des beffrois


Liens Utiles